Prévisions du vent, des vagues et du temps Calendrier des marées
Technique de peche dans les rochers

La pêche dans les roches est une étape idéale pour une bonne approche du milieu halieutique. Vous verrez qu'en suivant un minimum de conseils, vous obtiendrez de bons résultats. Pour cela, nous vous avons préparé cet article qui récapitule les bases de cette pêche et les éléments de connaissances indispensables pour la pratiquer. Alors, à vos cannes et montages ...

1) Les attraits.
La pêche dans les roches permet aux débutants comme aux plus jeunes de faire leurs premières armes et rassemble de nombreux avantages :
• C'est une des pratiques qui permet de pêcher une grande diversité d'espèces, quel que soit l'appât utilisé.
• Elle est aussi réputée pour la fréquence et l'intensité de ses touches.
• Elle demande peu d'investissement en matériel.
• Le coût des appâts est relativement peu élevé (comparativement à d'autres pratiques).
• Elle peut se pratiquer dans des endroits très accessibles comme les digues.
• Elle peut se pratiquer tout au long de l'année, bien que la période hivernale soit la moins faste.
2) Les espèces de poissons.
a) Les Sparidés. Vous les rencontrerez souvent, et n'oubliez pas que la taille minimale autorisée pour la prise d'un Sar est de 15 cm.
b) Les Labridés. C'est sans nul doute l'espèce que vous rencontrerez le plus souvent. Elle comprend aussi bien les girelles que les labres (dits "rouquiers" ou "blaviers").
c) Les Carangidés. Il pourra, exceptionnellement, vous arriver de tomber sur des Séveraux en essayant de pêcher assez loin du bord. Mais cela reste anecdotique pour cette pratique.
3) Les appâts.
Ils ne seront pas très diversifiés et auront une efficacité différente selon la période de l'année. On pourrait résumer ainsi les plus couramment utilisés : Les Mourrons, les Dures, les Demi-Dures, et le Scampi. Accessoirement, certains appâts peuvent être utilisés, comme la Moule, la Seiche, le Calamar, et autres appâts naturels. En général, ils sont utilisés surtout pour des pêches spécifiques.
4) Le matériel.
Ils se compose en général d'une canne dont la taille est comprise entre 3,90 m et 5,00 m. Cette longueur varie en fonction du lieu de pêche. Une canne plus grande permettra, par exemple, de moins s'enrocher sur une digue. En revanche, elle sera plus lourde et moins rigide sur sa longueur. Sa rigidité est en fait très importante et elle joue un grand rôle sur votre efficacité. En effet, la pêche dans les roches demande une très grande réactivité, et vos réflexes sur les touches vont être déterminants. C'est pour cela qu'une canne rigide avec une action de pointe est préférable pour un meilleur ferrage.
• Qui dit action de pointe dit "buscle" (scion en Nylon très souple en tête) Cet accessoire s'avère indispensable en complément de votre canne.
• Le moulinet, lui, doit avoir une bonne récupération. 70 cm par tour est un minimum. Sa taille est à choisir selon votre convenance et votre confort.
• Le remplissage du moulinet peut s'effectuer de deux façons. Nous l'appellerons "le corps de ligne". Soit avec du Nylon. Il faudra, alors, prévoir un fil d'environ 26/100. Soit avec du fil tressé. Dans ce cas, nous vous conseillerons la marque "Fire Line" ou équivalent d'un diamètre de 12/100. Le coût est supérieur, mais les avantages sont nombreux :

1. La durée de vie est très supérieure au Nylon qu'il vous faudra remplacer chaque année.
2. La résistance de la tresse est beaucoup plus importante que le Nylon traditionnel à diamètre égal.
3. Sa résistance aux frottements, elle aussi, est meilleure et dans ce type de pêche c'est très appréciable (algues, roches...)
4. La tresse n'a aucune élasticité, contrairement au Nylon, et cela vous permettra d'obtenir un ferrage plus rapide et plus précis.
5. Du fait de son faible diamètre à résistance égale, vous pourrez lancer plus loin qu'avec un Nylon classique.
Il vous faudra, par contre, prévoir des anneaux spéciaux, dits "sic" sur votre canne qui résisterons mieux à l'échauffement dû à la tresse. Le fil, lui, sera du Nylon de différents diamètres. Préférez du 22, 20, et 18/100. Nous l'utiliserons pour les bas de lignes et les empiles (avançons). Nous y reviendrons plus tard.
• Les plombs seront compris entre 10 et 30 grammes, suivant l'état de la mer. Préférez des "olives" ou des "poires".
• Les émerillons, eux, devront être petits, mais très solides. Préférez la marque "JB" n°1 ou 2, plus coûteuse, mais qui vous évitera de grandes déceptions...
• Viennent ensuite les accessoires classiques qu'il est toujours désagréable d'oublier : Les ciseaux, un couteau, une pince, un dégorgeoir, des aiguilles à locher, un chiffon et un seau.
5) Les montages.
Plusieurs conditions peuvent changer lors de vos sorties. L'état de la mer, le poisson hésitant, une pêche lointaine, ... Voici donc deux montages classiques avec deux variantes qui vous permettront d'aborder de nombreuses situations.

2 montages types pour cette technique



Ce type de montage peut être utilisé dans les endroits ou l'on enroche peu.
Les empiles courtes seront utilisées si le poisson est mordant ou bien si la mer est agitée.
Ce montage est surtout utilisé en la présence de rouquiers, blaviers et rascasses. Ce type de montage peut être utilisé dans les endroits ou l'on enroche beaucoup.
Les empiles courtes seront utilisées si le poisson est mordant ou bien si la mer est agitée
Ce montage est aussi approprié pour les poissons blancs.

6) Les astuces.
Voici quelques petits trucs que vous essaierez, et qui vous faciliteront les choses.
1) Pour préparer vos montages, préférez les rondelles de liège aux plioirs classique. Elle ont le double avantage de ne pas marquer le bas de ligne aux pliures mais aussi de flotter en cas de catastrophe ... Pour plus de confort lors de vos sorties, n'hésitez pas à préparer des montages à l'avance (une dizaine de chaque).
2) Le plus grand inconvénient de cette pêche est sans nul doute la casse occasionnée par les enrochements. Pour cela il existe une astuce qui consiste à prévoir un petit fil genre téléphone au bas du montage. On glissera, alors, le plomb dans celui-ci en recourbant l'extrémité qui dépasse. En cas d'enrochement, le plomb reste coincé, et vous récupérez votre montage et le poisson en tirant sur votre ligne.

3) En ce qui concerne la fréquence des touches, essayez de rajouter sur vos empiles, en plus de l'appât, un petit morceau de gaine fluo rouge ou rose (genre scoubidou). De même, vous aurez plus de résultats en peignant vos plombs avec une couleur fluo (rouge). L'effet attractif est assuré.
Voilà donc, résumée en quelques lignes, les bases de la pêche dans les roches. Nous espérons que cela va permettre d'améliorer vos performances. Surtout n'hésitez pas à nous questionner, c'est avec un grand plaisir que nos deux champions vous répondrons ... Une chose est sûre, c'est que tous nos conseils ne sont rien, comparé à l'expérience que vous vous forgerez en pêchant ...Alors pêchez !

Autre article
+ Voir plus
JIGGING – TECHNIQUE PÊCHE AUX JIGS

Le jigging, ou vertical jigging, est une pêche très en vogue aujourd’hui, qui est depuis longtemps largement pratiquée au Japon, et permet la capture d’une large variété de poissons.

Le jigging se pratique depuis un bateau. C’est une pêche en eaux profondes, de 20 à plus de 150 mètres, avec des leurres métalliques plombés appelés jigs que l’on fait couler vers le fond avant de faire une remontée en dandinant verticalement (on tire sur la canne, on mouline, on tire sur la canne, on mouline….) . Le profil particulier des jigs leur permet de papilloner sous l’eau pendant la descente. On explore, avec le jigging, une grande colonne d’eau.

Noeuds de pêche

Les nœuds sont à la base de tous les montages de pêche. Que ce soit pour monter un hameçon , accrocher un leurre , ou abouter deux parties d'une ligne. 

Il suffit d'en connaître quatre ou cinq pour pouvoir pêcher. Ensuite, vous pouvez en apprendre d'autres en fonction de vos besoins.

Surfcasting

Le surf-casting (lancer dans la vague) est une technique qui se pratique généralement le long des plages. Le principe consiste à lancer un appât naturel derrière les rouleaux (plusieurs dizaines de mètres). 

Le pêcheur se déplace régulièrement en suivant la marée. La ligne est tendue, la canne est maintenue verticalement sur un support. Les touches sont perçues au niveau du scion.

La pêche à l'anglaise

La pêche à l'anglaise connait en Tunisie un succès certain. Il s'agit d'une pêche au coup toute en finesse, pour laquelle le pêcheur sera tout à la fois appliqué et concentré. Les eaux calmes d'un étang ou d'un lac présentent un réel intérêt pour pratiquer cette pêche. Si vous savez qu'il y a de beaux poissons tels que Gardons, Brèmes, Tanches et Carpeaux, c'est alors une technique idéale.

Articles les plus lu
Videos les plus lu